Sacastar et toute la mode des bijoux

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Dans cette bijouterie exclusivement argent du Vieux-Nice, le pari de trois fournisseurs, tous trois français ! Le gérant, Serge Diemer, a créé cette boutique de 25 m2 ouverte sur la rue, il y a  un peu plus de 20 ans. Originaire de Nice, il savait que ce quartier était un lieu piétonnier, fréquenté par une population mixte, et l’a choisi pour cela. « J’ai ouvert ce magasin par esprit d’indépendance. Comme je voyageais beaucoup, je rapportais de mes pérégrinations toutes sortes d’objets, que je vendais là », raconte-t-il. Peu à peu, il y a 15 ans environ, Serge s’est tourné vers les bijoux. « Nous en proposions déjà un peu au tout début, mais au fil du temps, nous nous sommes spécialisés. » Des bijoux signés Balticambre, Canyon et Terracota, principalement pour femmes, à l’exception de quelques bagues pour hommes. « Nous ne vendons que trois marques car elles sont très différentes de celles que l’on trouve habituellement dans les circuits professionnels. Nos clients apprécient leur originalité et l’excellent rapport qualité-prix. » Colibri propose entre 200 et 300 bagues, des modèles nouvelle offre, tous les 2 ou 3 mois environ, pour surprendre mes clients. » Il assume un choix de produits très personnel, qui lui plaisent, mais surtout étonnent et sortent du lot, en recherchant toujours la nouveauté dans la forme du bijou et des boites à bijoux. « C’est au feeling ! » Le gérant se fournit parfois directement auprès de quelques fabricants italiens, principalement pour les chaînes en argent, et il réalise lui-même certains articles. « Comme je suis tout seul au magasin, quand il n’y a personne, je bricole…des bracelets en argent et en cuir ou des réparations. » Il confie vendre moins facilement qu’auparavant, et donc devoir être plus précis dans ses achats. Cependant, ses clients fidèles lui permettent d’éviter de trop souffrir de la conjoncture économique. Pas de site internet, de publicité, ni de stratégie de marketing ou de communication : « Pour l’instant et depuis toujours, ma boutique fonctionne bien comme cela ! », affirme-t-il. Il reproche cependant à la ville de ne pas faire d’efforts, de négliger le Vieux-Nice par rapport au centre-ville, qui, lui, a bénéficié de rénovations et d’embellissements récemment. « Et pourtant, c’est le quartier le plus prisé et le plus visité, il y a toujours du monde ; s’il n’y avait pas les touristes, il n’y aurait plus de Vieux-Nice ! »

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »